Accueil » Actualités » Emission Cash Investigation du mardi 13 mars ​: Saur expose les faits


Actualités du 13 mars 2018



Emission Cash Investigation du mardi 13 mars ​: Saur expose les faits

 

 

Dans les sujets consacrés à la gestion de l’eau potable de la ville de Nîmes et les coupures d’eau, l’émission de France Télévision propose une analyse volontairement simpliste et à charge. Alors même que Saur a accepté de répondre aux questions d’Elise Lucet, le montage partial travestit la réalité des chiffres et des faits.​ Face aux accusations mensongères et aux raccourcis utilisés par Cash Investigation, Saur souhaite rétablir la vérité des faits et dénoncer les biais méthodologiques employés par l’émission.​

•Non, les résultats de Saur pour faire baisser le nombre de fuites ne sont pas « déplorables »​

•Non, la marge de Saur à Nîmes n’est pas « irraisonnable »​

•Non, les Nîmois ne payent pas une eau « trop chère par rapport au service rendu »​

•Non, Saur ne continue pas à « couper ou réduire l’eau en cas d’impayés »​

•Non, la cliente suivie dans le reportage n’a pas été privée d’eau pendant 12 ans​

 

Ces éléments de réponse visent également à défendre le travail des 7 000 collaborateurs de Saur en France. Ces femmes et ces hommes, injustement touchés par la tonalité de l’émission, s’engagent quotidiennement pour que l’ensemble de la population bénéficie d’une eau de qualité.​

 
1. Le rendement de réseau à Nîmes
 
Nîmes est sur le podium* des meilleures villes de France pour la réduction des fuites : – 25% de fuites de 2009 à 2016. Les investissements réalisés dans la réduction des fuites ont permis d’obtenir de vrais résultats tout en préservant les dépenses des habitants de Nîmes et malgré des conditions d’exploitation particulièrement difficiles.
* Sources : données SISPEA sur les services d’eau desservant plus de 180 000 habitants, en France.
Comme pour les loyers, le taux de fuites dépend des contraintes et contextes locaux et il n’y a pas de sens à comparer la situation de Nîmes à celles d’autres villes de France.
En savoir plus sur le rendement de réseaux à Nîmes
 

2. La marge de Saur à Nîmes
 
En 2017, la vraie marge de Saur est proche de zéro et devrait atteindre 2 % en 2019. Le service de l’eau ne s’arrête pas une fois « la chasse d’eau tirée ». Pour calculer la marge de Saur, il faut donc prendre en compte l’eau potable mais aussi l’assainissement. Tout autre calcul ne représenterait pas la réalité du service opéré par Saur à Nîmes.
Le résultat 2017 de Saur à Nîmes intègre donc le résultat négatif du service d’assainissement (-12,5 %) qui compense la marge (4,5 %) réalisée sur le contrat d’eau potable.
En savoir plus sur la marge de Saur à Nîmes
 

3. Le prix du service à Nîmes
 
L’analyse du prix de l’eau doit nécessairement prendre en compte la totalité du service fourni aux habitants de Nîmes et donc intégrer à la fois l’eau potable mais aussi l’assainissement.
En 2018, le prix effectivement payé par les Nîmois pour l’eau potable et l’assainissement s’élèvera à 3,63 €/ m3, soit environ 12 % de moins que la moyenne nationale estimée à 4,13 €/ m3.
En savoir plus sur le prix du service de l’eau à Nîmes
 

4. La position de Saur sur les coupures d’eau
 
Le métier de Saur est de produire et distribuer, pas de couper l’eau. Saur se conforme aux dispositions de la loi Brottes et n’opère plus de coupures d’eau dans les résidences principales en cas d’impayés depuis la décision du conseil constitutionnel de 2015 et les décisions jurisprudentielles de 2016 et 2017.
Le dossier traité dans l’émission est un cas particulier qui a fait l’objet d’une décision de justice en 2018 : le tribunal correctionnel a condamné la plaignante et estimé qu’elle n’avait jamais manqué d’eau.
En savoir plus sur la position de Saur sur les coupures d’eau
 





Top