Accueil » Copilotage » Décarbonatation catalytique : la solution de Saur pour adoucir l’eau potable fait ses preuves !


Décarbonatation catalytique : la solution de Saur pour adoucir l’eau potable fait ses preuves !



Décarbonatation : comment ça marche ?

L’opération de décarbonatation catalytique se déroule au sein d’une colonne de 10 mètres de hauteur. La soude, diluée avec de l’eau adoucie, est injectée dans l’eau à traiter au moment où celle-ci est admise dans la partie inférieure de la tour. La réaction de cristallisation du précipité autour des grains de sables a lieu sur toute la hauteur de la tour. L’eau progresse dans cette tour avec une vitesse ascensionnelle de 90 m/h. Le microsable est progressivement recouvert d’une couche de plus en plus épaisse de carbonate de calcium jusqu’à former des billes de 1 mm de diamètre. Lorsque la taille des billes devient trop importante, il n’y a plus suffisamment de surface pour permettre au précipité de se fixer. C’est pourquoi il est important d’ajouter régulièrement du microsable neuf et d’extraire une partie des billes de carbonate de plus grand diamètre, également nommées pellets. La séparation entre l’eau décarbonatée et ces pellets s’effectue en haut de la tour : l’élargissement du diamètre de la tour permet de ralentir la vitesse de l’eau et la décantation des billes.

Les billes de carbonate sont extraites régulièrement du réacteur puis égouttées dans une benne filtrante avant d’être réutilisées en complément de remblais.

Schéma de principe pour la décarbonatation de l'eau potable

 

En Charente, à Criteuil-la-Magdeleine, l’usine de production d’eau potable de Bernac s’est équipée depuis 4 ans d’une unité de décarbonatation catalytique Calcycle qui a permis d’abaisser durablement la dureté de l’eau.

 

Décarbonatation catalytique : la solution de Saur pour adoucir l’eau potable fait ses preuves en Charente (Criteuil-la-Magdeleine).Exploitée par Saur, l’usine de Bernac assure l’alimentation en eau potable des 16 communes du syndicat intercommunal d’adduction en eau potable (Siaep) de Baignes-Sainte Radegonde (7 500 habitants). L’eau brute qui alimente l’usine est de très bonne qualité. Seules trois étapes de traitement (décantation, filtration sur sable et de désinfection au chlore) sont nécessaires pour la distribuer avec une capacité de 2 000 m3/jour. Néanmoins, sa dureté est élevée avec une valeur de environ 35 °F. Ce paramètre n’est représentatif d’aucun risque sanitaire mais il entraîne des désagréments pour l’entretien et la pérennité des canalisations. En effet, le calcium présent dans l’eau précipite sous forme de carbonates le long des parois des canalisations, ne laissant parfois transiter qu’un mince filet d’eau. Ce phénomène de carbonatation n’est pas l’exclusivité du réseau d’adduction d’eau potable mais concerne également les bornes incendie, les équipements électroménagers et les chaudières des particuliers.

 

 

 

Objectif : faire baisser la dureté de l’eau distribuée de 35 à 25°F

 

Décarbonatation catalytique : la solution de Saur pour adoucir l’eau potable fait ses preuves en Charente (Criteuil-la-Magdeleine).En 2012, le syndicat de Baignes se rapproche de son délégataire pour trouver une solution permettant de réduire la dureté de l’eau. Saur propose à la collectivité d’installer une unité Calcycle, fruit d’un partenariat technologique avec Brabant Water, société néerlandaise de production et distribution d’eau potable dans la région du Brabant. Elle est installée en amont de la filière de traitement existante pour traiter la moitié du débit entrant. La dureté est ainsi réduite de 35 à 15°F puis le flux traité est mélangé à de l’eau brute afin d’obtenir une valeur de dureté finale de 25°F. L’apport d’un réactif alcalin permet de précipiter le calcium présent dans l’eau en présence d’un support sur lequel initier la précipitation et fixer le précipité. L’usine de Bernac a opté pour la soude en raison notamment de la faible turbidité générée en sortie de décarbonatation, du confort d’exploitation (peu de bouchages de tuyaux) et de la faible teneur en sodium de l’eau brute.

 

 

 

Les résultats probants de la décarbonatation

 

Décarbonatation catalytique : la solution de Saur pour adoucir l’eau potable fait ses preuves en Charente (Criteuil-la-Magdeleine).Une opération de vidange de la tour de traitement a été réalisée en janvier 2016 afin de vérifier son état suite à 3 années d’exploitation. Les canalisations d’arrivées d’eau et de soude n’ont pas été obstruées par les carbonates et la paroi de la tour est intacte. Seuls quelques dépôts carbonatés ont été constatés en fond de tour. L’absence de prise en masse des canalisations d’arrivée d’eau et de soude et la faible fréquence d’entretien sont les atouts majeurs de ce procédé mis en œuvre depuis plus de 25 ans aux Pays-Bas. La solution Calcycle offre des avantages par rapport à une décarbonation classique, notamment moins de consommation de réactifs et pas d’équipements de traitement des boues supplémentaires. Le Groupe affiche déjà plusieurs références comme Saint Soupplets  (100 m3/h – février 2012), Baignes (200 m3/h – juillet 2012) ou Montpezat-Puylaroque (350 m3/h – décembre 2013).

En Charente, les effets positifs du procédé Calcycle sont visibles. Côté exploitation, les changements des filtres des compteurs chez les particuliers sont moins fréquents et il n’est plus observé d’obstruction complète des canalisations du réseau d’eau potable. Chez les consommateurs, le premier effet immédiat est le confort offert par une eau plus douce sur la peau à la sortie de la douche ! En outre, cet investissement, qui avait été anticipé dès 2008 par le syndicat dans la renégociation de son contrat de délégation, n’a pas provoqué de hausse du prix de l’eau à la mise en service.

 

 

 





Top