Accueil » Écoterritoire » Micropolluants : le pilote CarboPlus® testé par le Siaap tient ses promesses


Micropolluants : le pilote CarboPlus® testé par le Siaap tient ses promesses



Dans le cadre de l’anticipation des normes européennes concernant les micropolluants, le Siaap (Service public de l’assainissement francilien) a mis en place un processus d’analyse des effluents de ses usines d’épuration, et s’est posé la question du traitement, dans la perspective d’éventuelles obligations règlementaires. Dans ce contexte, en juin 2013, un pilote CarboPlus® de 50 m3/ heure a été installé par Stereau sur le site. Olivier Rousselot, directeur développement et prospective du Siaap, nous fait part de ses premières observations.

 

 

 « Traiter les micropolluants avec un effet minimum sur le prix de l’eau et la maîtrise des conditions d’exploitation »

 

Quelle est l’approche du Siaap vis-à-vis des micropolluants ?

 

Olivier Rousselot : Partant de la réglementation qui répertorie une centaine de molécules à surveiller sur les rejets de station d’épuration, nous avons effectué plusieurs campagnes d’analyses. Nous avons identifié une quinzaine de molécules éliminées seulement partiellement par les traitements, et dont la nature et la concentration représentent un risque de dépassement des limites de qualité visées pour le milieu naturel : métaux, substances industrielles, résidus médicamenteux, pesticides, perturbateur endocriniens.

 

Ce sont ces micropolluants sur lesquels nous avons lancé un programme de recherche en partenariat avec de nombreux instituts de recherche publics, comme l’École des Ponts ParisTech, l’INRA, le CNRS et l’Institut de Sciences Analytiques (ISA) de Bordeaux, qui effectue ici les analyses.

 

 

Quel était votre objectif en choisissant CarboPlus® ?

Carboplus_SchemaLa dispersion de ces substances présente le risque de produire des effets sur toute la chaîne du vivant. Notre option est d’évaluer les moyens de leur élimination avant le rejet de la station. Ces substances sont extrêmement difficiles à analyser, quantifier, traiter et leur traitement n’est pas encore réglementé.

 

Dans le but de tester des procédés d’élimination, le Siaap a conclu avec Stereau un partenariat de trois ans pour l’expérimentation d’un pilote CarboPlus®. Il s’agit d’une collaboration sur le traitement des polluants émergents, qui correspond pleinement à notre mission de « Prospective et Recherche ». Nos objectifs sont de comprendre les performances et les conditions dans lesquelles le pilote fonctionne le mieux et d’évaluer les coûts et contraintes d’exploitation du procédé.

 

 

Quels enseignements tirez-vous de ces premiers mois d’expérimentation ?

 

L’intérêt de ces expérimentations pilotes est que nous pouvons agir sur les divers paramètres (débit d’alimentation, dose et qualité du charbon actif) et ainsi identifier sur lesquels jouer en fonction des molécules à éliminer ou des performances à atteindre. À l’issue des premières analyses, nous avons collecté des données intéressantes sur les possibilités de réglage en fonction des objectifs de traitement.

 

Nous sommes aujourd’hui capables d’analyser les micropolluants à l’entrée et à la sortie du pilote. Nous pouvons mesurer les effets en fonction des paramètres de fonctionnement du pilote et l’abattement par type de molécule. Nous disposons donc d’une série de données qui permet une approche pragmatique et la perspective d’optimiser le procédé en fonction d’une future réglementation. Ces éléments intéresseront en outre la communauté scientifique et les maîtres d’ouvrage concernés par cette problématique.

 

 

Quels sont les avantages de CarboPlus® ?

Pore_charbon_actifSon intérêt est notamment lié à une certaine simplicité : il fonctionne avec un seul réactif principal, le charbon actif (en poudre) que l’on peut en outre envisager de régénérer lorsqu’on l’utilise sous la forme de micro-grains. Il n’est pas complexe d’exploitation dans des gammes de fonctionnement stabilisées et l’innovation, en la matière, c’est qu’on vérifie ainsi qu’il fonctionne pour les eaux usées (issu du traitement d’eau potable).

 

Un autre intérêt : on peut certainement prévoir d’automatiser la régulation des paramètres de traitement ou « enrichir » le pilote, par un bio-indicateur par exemple, pour en évaluer les effets sur des formes et niveaux de toxicité. Enfin, le procédé  « capture » naturellement les micropolluants, sans relargage incontrôlé.

 

Notre but : le jour venu, disposer d’outils pour traiter les micropolluants avec un effet minimum sur le prix de l’eau et la maîtrise des conditions d’exploitation.

 

 

Télécharger les brochures Carboplus® Eau potable Eaux Usées –  Effluents Industriels





Top