Accueil » Les mensonges de Cash Investigation


Les mensonges de Cash Investigation

 

Le 13 mars 2018, Cash Investigation consacrait un sujet à la gestion de l’eau potable dans la ville de Nîmes dans son émission « L’eau. Scandale dans nos tuyaux ». L’émission avait pour objectif de remettre en cause la manière dont Saur travaille à Nîmes en présentant une analyse simpliste et à charge de la situation.

 

Saur avait fait le choix de répondre aux questions des équipes d’Elise Lucet mais le montage de l’émission travestit la réalité des chiffres et des faits. Pour répondre aux accusations portées par l’émission, Saur décrypte les méthodes de Cash Investigation et dénonce les mensonges de l’émission dans les 6 vidéos ci-dessous.

 

 

Mensonge n°1 : les fuites non réparées à Nîmes

 

Cash Investigation indique avoir identifié une fuite non réparée en utilisant des méthodes de recherches de fuites loufoques et ridicules : il est en effet impossible de distinguer le bruit d’une fuite, du bruit de l’eau consommée sans avoir préalablement coupé l’alimentation en eau des habitations raccordées.

 

 

 

 

 

 

 

Mensonge n°2 : la coupure d’eau de 12 ans

 

Cash Investigation fait croire que Saur aurait coupé l’eau à une famille pendant 12 ans : l’alimentation du logement en eau a pourtant été confirmée par un constat d’huissier et le jugement du tribunal de Perpignan qui a condamné la cliente concernée pour vol d’eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mensonge n°3 : les conditions du départ du porte-parole de Saur pendant l’interview

 

Cash Investigation supprime au montage les réponses et arguments du porte-parole de l’entreprise pour faire croire à un départ précipité : la scène du départ diffusée pendant l’émission se déroule en réalité plus de 10 minutes après la question qui aurait fait fuir le représentant de l’entreprise.

 

 

 

 

 

 

 

Mensonge n°4 : la description du siège social de Saur

 

Cash Investigation n’hésite pas à ajouter un logo au montage et utiliser des images trompeuses du bâtiment dans lequel le siège social de Saur est implanté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mensonge n°5 : la taille de Saur par rapport à ses deux grands concurrents

 

Cash Investigation « oublie » de préciser le chiffre d’affaires de Saur pour mettre Saur sur le même plan que Veolia, Suez et garder l’image de « trois géants de l’eau ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mensonge n°6 : la marge du contrat de Saur à Nîmes

 

Cash Investigation choisit de ne s’intéresser qu’à la partie bénéficiaire du contrat de Saur à Nîmes (l’eau potable) en oubliant de traiter la partie déficitaire liée à l’assainissement pour faire gonfler artificiellement la marge de Saur à Nîmes. Il est pourtant intellectuellement malhonnête de considérer que le service de l’eau s’arrête une fois la chasse d’eau tirée.

 
 
 
 
 
 
 

A lire également :

 

91 % des habitants de l’agglomération nîmoise satisfaits du service de l’eau – 16 mars 2018
 
Emission Cash Investigation – Contrat de Nîmes : la réalité des faits – 14 mars 2018
 
Coupures d’eau : démenti de Saur – 8 mars 2018



Top